Image 1
RETRO : Saison 20-21 ou le sentiment du devoir accompli

Supporters, Supportrices,

L’heure est venue de faire le bilan de cette -étrange- saison. Alors allons-y gaiement (ou pas) mois par mois !

JUIN :  

L’entraînement reprend le 23 juin après la très longue pause depuis l’arrêt des championnats en mars 2020. Foutu confinement, foutu Covid. Le mois de juin coïncide également avec l’arrivée de Mickaël Biron, tout droit venu des Vosges Martiniquaises... ou de la Martinique Vosgienne, comme vous voulez. Bref, les choses semblaient bien commencer : tout le monde était content de reprendre, on attendait impatiemment que le championnat redémarre... Puis Vincent Muratori a annoncé qu’il quittait le club. Je peux vous jurer que depuis ce jour-là, mon cœur est brisé. Et personne ne pourra jamais le réparer. Tu me manques Mura. Y’a mon 06 à la fin de l’article si tu veux... Enfin, en juin, la pépite Giovanni Haag a signé son premier contrat pro avec l’ASNL.  

 

JUILLET – AOUT : 16e, 1 point

Le mois de juillet marque le début du changement pour l’ASNL : l’équipementier Nike est remplacé par Puma. Exit les maillots catalogues ! Beaucoup d’entre vous ont été, semble-t-il, satisfaits de ce changement d’équipementier. Un autre gros changement, qui n’a pas fait énormément de bruit, fut le remplacement de Patrick Gabriel par Christian Martiello à la tête du centre de formation. Big UP à P.Gabriel qui œuvre dans l’ombre depuis des années.  

Et puis... d’autres choses ont interféré, petit à petit. A commencer par ces fameuses rumeurs de vente du club auprès du CFG –City Football Group– nourries par Jacques Rousselot et par le CFG dans la presse depuis quelques mois. Tout le monde s’impatientait.  

Rétropédalage : la presque-vente –imminente– avait été annoncée dans la presse dès le mois de mars 2020.  

Depuis l’épisode des chinois, je crois qu'on est tous restés bien méfiants quant à ces annonces. Et à juste titre. Si les choses semblaient bouclées fin mars, la situation s’est compliquée, pour une raison obscure qui échappe au commun des mortels. Le destin ? Peut-être, qui sait.

Toujours est-il qu’en juillet 2020, Jacques Rousselot prenait la parole pour affirmer que le contact n’était pas rompu avec la holding de Manchester City. Pas rompu, d’accord... Mais quand on connaît la suite, on sourit tendrement. Le capitaine ASNL naviguait à vue à ce moment-là. Malheureusement, ce moment-là correspondait au mercato ! Alors quand on navigue à vue, qu’on est myope et qu’on n’a plus d’argent pour aller voir un ophtalmologue... C'est compliqué ! Le mercato fut donc court, et pas intense : 4 recrues libres ou en prêts. Mickaël Biron, Rosario Latouchent, Mehdi Merghem et Rayan Philippe. Bon. Si on prend en compte la blessure de Merghem lors du tout premier match amical en août et l’efficacité remarquable de Philippe, il est plus honnête de penser que nous avons recruté deux joueurs.  

On se souvient aussi du mois d’août et de son match amical très attendu : Nancy-Saar ! Un beau cortège pour célébrer cette amitié avait été organisé par le Saturday FC. Sous un soleil de plomb, l’antre de Picot a vibré. Et ça a fait un bien fou...  

Et puis... août, c’est aussi le doublé de Biron pour son premier match à domicile ! Si, si ! Rappelez-vous, 2-2 contre Guingamp. Prometteur.  

 

SEPTEMBRE : 17e, 4 points

En septembre, on a clairement sorti le champagne pour la première victoire de la saison ET la première victoire à l’extérieur depuis 17 mois. Pompon sur la Garonne, c’était chez le Paris FC, leader à ce moment-là.  

On n’entend plus parler de la vente de l’ASNL. Pire encore. Le CFG achète finalement un autre club français : Troyes. Retour à la case départ. Les vannes fusent. On est dépités. Les messins ressortent leurs meilleurs screens de la déclaration de JR sur la Champions League dans 3-4 ans... Il y a 4 ans. Ça pique.  

 

OCTOBRE : 12e, 11 points

On soupirait déjà à cause de la jauge à 5 000 dans les stades depuis août. 5 000 sur 20 000, ça ne faisait pas beaucoup... Et on a soupiré encore plus en octobre quand les matchs sont passés en huis clos. Foutu Covid.  

Octobre a été aussi un moment fatidique pour le football dans son ensemble : l’arrêt des championnats des jeunes et des féminines a sonné comme un gros coup de massue. NDLR : la saison blanche a été décidée des mois plus tard, fin mars 2021. Merci la FFF.  

Sportivement, rien de fou pour l’équipe première. Ça patine. On s'ennuie. Plus moyen d'aller au stade avec les copains.


NOVEMBRE : 17e, 11 points

Pas grand-chose à raconter. L'équipe patine toujours. Ça sent le roussi. Et Nancy est touché par le Covid (oui, le. Pas la. Laissez-moi tranquille. Vous êtes team la wifi ou le wifi d’ailleurs ?). 15 cas. Heureusement, pas de cas graves. Sportivement, même constat qu'en octobre. Je ne préfère pas en parler. 

   

DECEMBRE : 17e, 14 points

On a rangé les caisses de champagne sorties en septembre. 13 matchs sans victoires. C'est la crise sportive, Nancy est 17e à Noël (beau cadeau). Il se murmure que Juan-Luigi Garcia est sur la sellette. C’est les vacances, le mercato est calme –comme d’hab– et tous les nancéiens s’apprêtent à célébrer la nouvelle année comme il se doit (enfin, dans le respect des gestes et des mesures barrières, bla, bla, bla...). Et là, BOUM ! 31 décembre, l’ASNL est vendue. Jacques Rousselot passe la main à Gauthier Ganaye à la présidence de son AS Nancy Lorraine chérie. Plus personne n’y croyait. J’ai eu du mal aussi à y croire durant les jours qui ont suivi, et ce n’était pas à cause de ma gueule de bois du nouvel an. Les témoignages affluent. Je n’ai connu que lui à la présidence du club, et je sais que nous sommes beaucoup dans ce cas. Petit pincement au cœur tout de même. Merci Président.  

 

JANVIER : 18e, 21 points

C’est une Le-Mans ! Non ! C’est une Valenciennes !  

Exploit à VA pour les rouges et blancs : victoire à 10 contre 11, score final : 2-3. On a tous pensé à Vagner et à ce fameux match contre Le-Mans en août 2019. Et si vous n’y aviez pas pensé c’est le moment. Mais pas trop fort parce-que c’est douloureux de penser à Vagner. Bref. C’est la fin de la phase aller : Nancy est 17e avec 18 points. Vraiment pas glorieux. Rien de bien vibrant, hormis cet exploit. Ça reste entre nous, mais clairement, on s’emmerde devant les matchs. Papy ronfle dans le canap’ à partir de la 20e minute de jeu... Et encore, ça, ce sont les bons jours.  

En janvier, Aurélien Scheidler arrive en prêt tout droit venu du pays de la moutarde, qui galère à l’étage supérieur. Recrue made-in Gauthier Ganaye qui utilise de nouvelles méthodes basées sur l’analyse des statistiques des joueurs. Pourquoi on n’y a pas pensé avant ?!

Une fois n’est pas coutume, on essuie une nouvelle élimination en coupe. Ciao la Coupe de France, un petit 8e tour et puis s’en va. Les sochaliens peuvent se targuer d’avoir gagné leur “derby”. Nous, on s’en cogne. De la Coupe. Et d’eux. Focus sur le championnat. Ça ne sent pas non plus super bon.  

 

FEVRIER : 15e, 31 points

Les propriétaires intègrent officiellement le Conseil d’Administration. Chien Lee est nommé président du CA (oui, je me suis retenue de faire la blague) Frankey, Conway et Kait sont membres du CA. J'ai déjà oublié leurs visages.  

Les nancéiens affrontent Pau. Il faut gagner. Absolument. C'est-ce qu’ils vont faire : un petit coucou à Didier Tholot, un but, et la victoire au bout. Cruciale.  

Fin février, les supporters se réunissent pour accueillir le bus des joueurs contre Grenoble. La fête est belle. Ça fait du bien. Spéciale dédicace à Jean-Louis Garcia et à son désormais très célèbre “ Qu’est-ce que tu me menaces, toi, avec ton doigt ? Ferme ta gueule !”. Si vous n’avez pas vu la vidéo, vous avez raté un moment d’anthologie (elle est sur twitter).

Biron continue son petit bonhomme de chemin et plante un triplé à Châteauroux. C’est le premier triplé à Nancy depuis Hadji en septembre 2017. Youss, tu nous manques.  

 

MARS : 8e, 40 points

Ça va mieux. La période est belle. Prolifique. En témoigne la victoire 1-5 chez Troyes, le leader. Il paraît que leur maire faisait la gueule sur le terrain à la fin du match.  

L’ASNL effectue une véritable remontada. L'équipe est sur une série de 6 victoires en 7 matchs (incroyable) et remonte au classement (incroyable) de la 17e à la 8e place (incroyable). Biron se fait de plus en plus remarquer. Il grimpe sur le podium des 5 meilleurs buteurs du championnat.  

Kenny Rocha est nommé pour le trophée UNFP du mois. Et il le remporte ! Nancy, c’est le Barça.  

 

AVRIL : 8e, 45 points

Jean-Louis Garcia annonce son départ du club en fin de saison. Bon vent ! En réponse à cela, Gauthier Ganaye annonce, à la fin du mois, la venue prochaine d’un coach étranger. Sera alors mise en place la nouvelle philosophie de jeu voulue par la nouvelle direction : le gegenpressing. A vos souhaits. Pour ceux qui ont raté les explications, c’est tout simplement un pressing agressif dès la perte du ballon.  

Côté joueurs, Lamine Cissé signe 3 ans en professionnel. Nous découvrirons donc le jeune attaquant de 18 ans, formé en Forêt, la saison prochaine... Un départ : c’est celui de Sega Coulibaly, à trois journées de la fin du championnat. Il s’envole pour LA Galaxy. Sega, c’est plus fort que toi. Fallait que je la fasse une dernière fois.  

Et puis... Délivrance ! Le maintien est acquis après la victoire 2-0 contre Ajaccio. Tout le peuple nancéien a le sentiment du devoir accompli. Quel plaisir.  

 

MAI : 8e, 49 points

On sait qu’on est maintenus. On sait que JLG part. On sait qu’un autre arrive. On sait que ça va bouger. Du moins on espère. Côté championnat, rien de très intéressant. Le classement ne bougera plus pour nous, on termine 8e de Ligue 2 à 49 points. Ce n’est pas si mal quand on voit le début de saison cataclysmique que l’on a fait. Mais ça reste décevant.  

Un bilan assez étrange, assez mitigé. Comme cette saison. On a passé des bons moments, des moins bons, des mauvais. C’était une année de transition et j’ai le sentiment que l’année prochaine sera meilleure. J'ai ce sentiment car, au contraire des années précédentes, on a vraiment senti que le vent avait tourné et que les choses bougeaient. Que c’était une véritable transition. Alors espérons que cela continue.  

Surtout, ce que j’espère par-dessus tout, c’est que nous pourrons bientôt nous retrouver au stade ! Ça nous manque à tous. Cette odeur unique du mélange entre la saucisse et les fumigènes, les tambours, les chants, les applaudissements, les huées... Même le vieux loup qui hurle dès qu’une passe est ratée... Je sais qu’il vous manque à vous aussi, ne faites pas semblant...  


En attendant de pouvoir profiter de tout ça à nouveau, je vous remercie pour cette saison à nos côtés sur les réseaux sociaux et sur notre site internet. Merci d’être toujours plus nombreux à nous suivre !

Allez Nancy et à bientôt,

Juliette

 



Fans Of Nancy vous propose au quotidien des informations sur la vie du club et son actualité ! Rejoignez-nous désormais sur les réseaux !

Suggestions d'articles

Le club des 11 contre l'AS Nancy Lorraine

Ce matin, MaLigue2 a révélé que 11 clubs de Ligue 2 ont dénoncé une « concurrence déloyale » de Nancy devant la LFP, la FFF et la DNCG. Cette accusation fait suite aux prêts de joueurs établis entre Ostende et Nancy. Retrouvez dès à présent notre article « réaction » et n'hésitez pas à nous partager vos avis !

AFC, Red Sharks, SFC et Socios : unanimes après leur rencontre avec Gauthier Ganaye

Lundi après-midi, Gauthier Ganaye a rencontré les groupes de supporters (AFC, Red Sharks, SFC) et les Socios. Un bilan s'impose !

Vous vous êtes battu pour l'ASNL : au revoir et merci Président !

Après 27 ans à la tête de l'ASNL, Jacques Rousselot a passé le relais le 31 décembre 2020 en vendant le club à des investisseurs américains et sino-américains.

0 commentaire

Connectez vous dès maintenant pour commenter !