Interview | David Cosenza le président du Saturday FC

Entretien avec David Cosenza, président du Saturday FC et retour sur la décision de la DNCG du 12 juin dernier.

Quelle réaction tu as eu en apprenant la décision de la DNCG ?

Dégoûté parce-que le foot ce n’est pas ça. On s’est sauvés sur le terrain, donc c’est clair que la décision de la DCNG fait un peu chier. Malheureusement la DNCG existe aujourd’hui et tu dois faire avec ; c’est pour éviter que des clubs se surendettent non-stop. On était encore dans l’euphorie de la victoire du Derby qui a assuré notre maintien mais avec Nancy c’est jamais fini, trois semaines plus tard on recommence tout.

Est-ce qu’une descente en national t’effraie pour la survie du club ?

Si la descente en National vient, je pense qu’on peut dire au revoir au club. Je pense qu’il y aura alors un dépôt de bilan et ce serait peut-être le moment justement s’il y a dépôt de bilan de repartir sur un nouveau cadre administratif et de direction. Il y a beaucoup de personnes au club qui sont là un peu en « touristes » depuis quelques années maintenant.

Est-ce-que cette décision de la DNCG te paraît juste ?

On ne va pas dire que c’est juste parce qu’on ne souhaite pas que son club descende d’une façon administrative comme ça, mais nous qui suivons le club depuis des années et des années on sait qu’il y avait des problèmes financiers et c’est un juste retour des choses qu’il y a aujourd’hui de la DNCG ; ça fait quelques années qu’on [le club] leur promet des trucs et qu’il n’y a rien en échange.

Qu’est-ce qu’il faudrait faire pour contrer cette relégation administrative à ton avis ?

[Rires] Va falloir que le club trouve huit millions d’euros. Non, sérieusement, il va falloir que le club vende des joueurs, des joueurs à valeur marchande… je pense qu’on peut les compter sur une seule main. Il doit y en avoir trois au maximum : Ba, Bassi, Abergel, aujourd’hui et je pense qu’on vendra ces joueurs avec une valeur marchande pour se sauver.

Avec les autres groupes de supporters, vous allez rencontrer le président lundi soir. Qu’est-ce-que vous attendez de cet entretien ?

Déjà qu’il nous rassure. Parce qu’en les [la direction] écoutant en off, ils ont l’air très sûrs d’eux, donc on veut savoir qu’est-ce qui leur fait dire que ça va bien se passer et pourquoi ils sont aussi sereins. On ne va pas leur tirer dessus parce que je crois qu’au bout d’un moment ça ne sert plus à rien, ça fait 3-4 ans qu’on le fait mais on n’attend pas non plus qu’ils nous disent qu’on avait raison depuis le temps. Nous on va essayer de leur dire aussi que mine de rien on a joué à virer des entraîneurs, et ça nous coûte de l’argent encore aujourd’hui et le trou se fait là.

Vous allez dire quoi au président ?

Le président ce qu’on va lui dire c’est Union Sacrée : on l’a fait toute cette saison, on n’a pas le droit d’abandonner le club maintenant. Et par contre si ça casse au 1er juillet, je pense qu’on va rentrer dans le dur malheureusement.

Est-ce que c’est la mort de l’AS qui a été actée mercredi ?

Non ce n’est pas la mort, on est toujours vivants. Moi je garde confiance envers les dirigeants, il reste trois semaines avant le 1er juillet de toute manière. On verra bien une fois que la décision sera donnée. On parle de huit millions, pour nous, commun des mortels, huit millions on ne peut rien y faire. Autant sur le sportif on peut gueuler quand les joueurs ne mouillent pas le maillot, mais face à l’argent c’est super compliqué.

Admettons qu’on reste en L2. Si tu avais une baguette magique, tu ferais quoi ?

Il y a une personne en particulier à changer, on ne va pas le nommer mais si on en est là aujourd’hui c’est un petit peu à cause de lui il faudra qu’il assume ses actes. Des contrats signés à tire larigot, trente joueurs en contrats, c’est lui tout ça… Donc cette personne va devoir payer, si elle venait à partir ce serait déjà un gros « ouf » de soulagement. Sinon on est plutôt satisfait sur le changement avec Jean-Michel Roussier, qui est, on va dire, un homme d’affaire, un vrai président de club. Je respecte beaucoup M.Rousselot mais c’est beaucoup trop un supporter avant d’être un président. Jean-Michel Roussier est plus un président de club, il sait ce qu’il fait, il a les mots justes, et son discours nous a plu énormément en fin de saison.

Es-tu de ceux qui pensent qu’il faudrait descendre, repartir à zéro et faire une « Strasbourg » ? Si oui, pourquoi ? Si non, pourquoi ?

Il y a beaucoup de monde qui nous donnent l’exemple de Strasbourg, mais malheureusement Nancy ce n’est pas une ville comme Strasbourg et ce n’est pas dit qu’il puisse y avoir la folie qu’il y a eu à la Meinau en CFA et en National mine de rien. Mais repartir d’aussi loin je ne sais pas si ça nous ferait du bien, après il faudrait voir les hommes qui seraient en place, qui sera président, etc… Car je suis persuadé que si on descend en national on dépose le bilan donc [en cas de descente] il n’y aura pas de foot l’année prochaine à Nancy c’est une certitude. Sinon je me propose volontiers pour le rachat du club à 1€ [Rires]. Mais oui il ne faut pas se mentir l’euphorie d’une grande ville comme Strasbourg ça n’existera pas ici à Nancy. Si on pouvait être déjà 2.000 à Picot en National/CFA on aurait déjà de la chance je pense.

Concernant les abonnements, comment vas-tu t’y prendre pour encourager tes membres et futurs membres à se carter SFC ?

Concernant les abonnements, je pense que les membres du SFC ne viennent plus trop là pour le foot maintenant ; ça fait quelques années qu’on mange de la merde, on vient surtout pour se retrouver c’est ce qu’il faut se dire. Le Saturday FC c’est une grande famille, avant d’aller voir un match de foot on se regroupe en tant que SFC donc c’est pour ça que je pense qu’auprès du noyau dur ça ne changera pas grand-chose et qu’on viendra quand même au stade peu importe la division comme on dit. Pour les faire venir on ne va pas beaucoup forcer, c’est nos dix ans cette année en plus. On a fait un gros « ouf » de soulagement quand on s’est sauvé de la relégation pour pouvoir fêter nos dix ans en Ligue 2. Et là on nous remet le National sur le tapis donc ça nous fait un peu flipper mais on fêtera nos 10 ans quoi qu’il arrive.

Votre dernière permanence est le 6 juillet, si on se maintien vous pouvez rajouter une/des date(s) ?

Pour les permanences, si on vient à se maintenir en Ligue 2 et qu’on n’a pas fait beaucoup de monde, pour ceux qui voudront nous rejoindre on fera peut-être une nouvelle date si le chiffre ne nous satisfait pas.

Enfin, un mot à dire pour les supporters ?

J’ai envie de vous dire, même si on fait parler beaucoup de nous en bien ou en mal le plus important c’est qu’on parle de nous. Il y a beaucoup de monde qui nous a rejoint en Kop sur la fin de saison et ça nous a fait super plaisir, on a créé des ambiances complètement dingues en pleine semaine contre Orléans lors de l’avant dernier match à domicile, etc… On ne va pas reparler du Derby : on a galéré une saison entière pour ce match qui nous a maintenu et qui nous a fait du bien au moral parce qu’on avait un Kop, un vrai Kop, une vraie tribune debout.
Moi j’ai envie de vous dire rejoignez-nous, on va bien rigoler, c’est nos dix ans, on prévoit beaucoup de surprises et c’est ensemble qu’on est forts. On ne lâche pas l’affaire et puis on suit l’ASNL !



FansOfNancy by Juliette Schang
Source photo : saturday-fc.fr by Mateo Nancy

Fans Of Nancy vous propose au quotidien des informations sur la vie du club et son actualité ! Rejoignez-nous désormais sur les réseaux !